L’Homme et les chiens : où la domestication a-t-elle commencé ?

Les hommes et les chiens ont construit leur relation il y a des millénaires grâce au processus progressif de la domestication des loups. A partir d’un contact initial sporadique entre les humains et les canidés, cela a évolué en une véritable collaboration visant la survie mutuelle. Un puzzle fascinant auquel il manque encore quelques pièces sur le lieu où la domestication a débuté, le challenge d’une récente étude.

La rencontre homme-chien : où cela s’est-il produit ?

Pour établir précisément l’endroit où a eu lieu la rencontre cruciale entre le chien et l’homme, les chercheurs de l’Université Cornell à Ithaca, New York, ont mené une récente étude publiée dans le journal scientifique Pnas. Les sujets de la recherche étaient des “village dogs”, des chiens errants qui, depuis des siècles, ont pu se reproduire sans limites.

Plus exactement, ils ont examiné les échantillons génétiques issus de 549 chiens provenant de 38 nations et ont créé un échantillonage sur l’ADN de 4 676 chiens de 161 élevages différents de pures races, incluant dans le test, les chromosomes hérités de leurs deux parents. Avec 185 805 marqueurs génétiques disponibles, les chercheurs ont pu reconstruire la feuille de route suivie par le chien domestique dans le monde et qui aurait probablement débuté dans une région entre le Népal et la Mongolie.

Puis, après la domestication, les chiens ont commencé à atteindre l’Inde, le Sud-Ouest et l’Est de l’Asie. Un résultat intéressant flanqué par des théories émergées d’études passées qui localisent cette rencontre tantôt en Europe, tantôt dans le sud de la Chine.

L’homme et le loup, une relation ancestrale

Nous devons garder à l’esprit que le contact initial a eu lieu entre l’homme et le loup. Ce dernier a approché l’homme pour établir une coopération mutuelle pour la chasse avec ce quid pro quo : les canidés s’approvisionnaient plus facilement tandis que l’homme était protégé de dangereux carnivores grâce à cette alliance.

Pouvons-vous parler d’opportunisme ? Pour les biologistes, il s’agit de commensalisme, une sorte de symbiose dans laquelle une espèce tire profit pendant qu’une autre ne souffre d’aucuns dommages. Une situation très différente de la conception moderne de la relation homme-chien qui nous apprend combien le chien et le loup, malgré leurs différences connues, ont de grandes qualités.