Laisser son chien seul à la maison : 9 astuces pour éviter les petits (ou gros) dégâts

Le chien est un animal social par nature, il a besoin de faire partie d’un groupe avec qui partager son espace et ses activités. Même si son interlocuteur favori reste son maître, celui-ci doit bien souvent s’absenter pour le travail ou pour d’autres obligations. Dans ce cas, le risque que le chien puisse involontairement causer des dommages doit être pris en considération. Dr. Maria Grazia Calore, vétérinaire experte du comportement canin, nous a aidé à définir quelques règles pour conserver à la fois le bien-être de votre chien et l’intégrité de votre espace de vie.

1. Limitez les moments de solitude de votre chien

Le bon prérequis pour mieux gérer la solitude de son chien est de limiter les heures durant lesquelles le chien ne peut pas être avec vous. Vous pouvez penser, par exemple, à lui consacrer une promenade durant votre déjeuner, faire des rotations avec d’autres membres de la famille, le confier à un ami ou à un dog-sitter. Il est aussi essentiel de ne pas confondre son besoin de sociabilité avec les facteurs externes qui peuvent avoir moins d’importance à ses yeux, comme la présence d’un jardin pour jouer. Le chien préférera toujours la présence humaine.

2. Entretenez cette relation

Une bonne relation maître-chien aide à soulager le sentiment de danger de l’animal seul. En particulier, pour le chiot dont le propriétaire remplace la mère et représente la sécurité. Grâce à des expériences positives transmises par le maître, le chien devient plus autonome, réagit plus calmement au détachement du groupe social par une meilleure gestion de ses émotions.

3. Habituez progressivement votre chien aux moments de solitude

Quand vous accueillez un chiot à la maison, vous devez le laisser seul progressivement en commençant par des absences de cinq à dix minutes. Pendant ce temps, vous devez lui fournir une activité alternative et ne pas le consoler immédiatement s’il pleure. Il vaudra mieux attendre un moment où il est plus calme, ne pas lui porter trop d’attention, mais suffisamment pour qu’il ne se sente pas en danger. Il doit associer votre retour à ce moment de tranquillité.

4. Établissez une routine avec votre chien

Les situations prévisibles sont une arme efficace pour diminuer le stress de votre animal. Respecter des horaires fixes pour les différentes activités (repas, promenades, jeux, lavage) aide votre chien à mieux tolérer les moments où il devra être seul à la maison.

5. Offrez-vous des moments privilégiés avec votre chien

Le temps passé avec le chien doit être significatif pour l’animal et son maître. Lors des différentes opportunités d’interaction (jeux, socialisation avec d’autres chiens, moments à la maison), le maître doit se montrer présent grâce à des petites attentions continues (mots, récompenses, jeux) qui vont au-delà des caresses et de la nourriture.

6. Choisissez-lui un endroit sûr

Le chien doit avoir une place (niche, couverture, oreiller) qui est synonyme de sérénité et où il n’est pas sujet à des rappels ou à des punitions. Ce doit être un endroit où le chien sera récompensé, cajolé, où il pourra trouver des os à mâcher. Pour le chiot, l’endroit sûr pourrait être limité par une barrière, situé dans la partie la plus fréquentée de la maison afin que cela ne soit pas associé à la solitude, et gardé ouvert à certains moments de la journée. Quand le chiot est placé derrière la barrière, vous devrez lui fournir des jeux pour qu’il ne l’associe pas à une punition.

7. Offrez-lui des activités durant votre absence

Offrir des activités alternatives pendant ces moments de solitude est une solution pour éviter les dégâts dus à l’ennui dans la maison. Vous pouvez lui donner des jeux à mâcher, que vous lui donnerez en votre présence dans un premier temps, pour vous assurer que cela soit pour lui comme une récompense et non comme un signal d’absence. Pour qu’il garde un intérêt pour ces animations, il est recommandé que ces jeux ne soient pas toujours accessibles.                                                                     

8. Évitez les punitions tardives

Il est préférable d’éviter autant que possible le stress de la punition. En effet, on ne le recommande pas après un “mauvais” comportement car le chien n’a pas l’analyse nécessaire pour l’associer à ce qui a été fait précédemment. En agissant ainsi, vous devenez imprévisible et le chien ne comprendra pas nécessairement qu’il a mal agi plusieurs heures plus tôt.

9. Contactez votre vétérinaire en cas de problèmes

Ne sous-estimez jamais une agitation excessive ou inattendue de votre chien lorsqu’il est seul à la maison. Peut-être qu’un traumatisme passé (feux d’artifices ou maladies physiques) peut lui rappeler de mauvais souvenirs. Dans ce cas, il est recommandé de contacter un vétérinaire avec une expérience en comportement canin qui évaluera si votre chien nécessite une thérapie ou non.