Grandir avec un chien est bon pour la santé : l’étude

Grandir avec un chien est drôle, intense émotionnellement et même bon pour la santé ! Cette caractéristique importante dans la relation entre un chien et son maître a été confirmée par une récente étude réalisée par les chercheurs de The Bassett Medical Center à Cooperstown, New York. Les protagonistes de cette recherche sont les enfants, qui tireraient des bénéfices du contact avec le chien.

L’étude : comparer les enfants vivant avec ou sans animaux

Durant le check-up, les chercheurs ont soumis les parents d’enfants âgés entre 4 et 10 ans à un questionnaire. Il portait sur divers sujets (la santé, l’alimentation et la prévention des accidents) et il a été remarqué que 370 enfants avaient un animal alors que 273 n’en avaient jamais eu. A partir de cela, ils ont découvert que 12% du groupe composé d’enfants qui avaient des animaux étaient positifs au test de dépistage de l’anxiété.

A l’inverse, dans le groupe composé d’enfants sans chien, ce pourcentage avait presque doublé, atteignant 21%. C’est une évidence remarquable, comme l’indique l’auteur de l’étude, le docteur Anne Gadomski : “Nous avons vraiment découvert que les enfants qui vivaient avec des chiens à la maisons avaient des points d’anxiété moins élevés que les enfants sans chien”.

Enfants et trouble de l’anxiété :le rôle de l’animal

Malheureusement, l’anxiété est une condition aussi courante que généralisée : cela concerne directement les chiens, les chats et bien sûr, les hommes de tous âges. En fait, les enfants n’y échappent pas et plus de 13% des enfants de 9 à 17 ans en souffrirait. Certains types d’anxiété sont strictement reliés à l’enfance – peur du noir, des monstres, de l’orage, de la séparation – et ont des conséquences sur la vie des enfants, endommageant leurs performances à l’école et dans leur vie sociale, augmentant le risque d’abus de drogue.

Dans ces cas-là, comment le chien aide-t-il l’enfant ? La présence réconfortante d’un ami à quatre pattes dans la nuit peut diminuer la peur de dormir seul, le contact quotidien avec un chien ou un autre animal peut être associé à une véritable amitié dans laquelle le dialogue avec les mots et les caresses diminue non seulement l’anxiété mais rendent l’enfant plus sûr de lui grâce à une figure en qui il peut vouer une confiance inconditionnelle.

Même si les chercheurs sont prudents dans leurs conclusions – “des études plus approfondies doivent établir si l’association est causale et, si oui, de quelle façon les chiens sont capables de réduire l’anxiété durant l’enfance” – cela n’est-il pas suffisant pour encourager l’adoption d’un animal chez les parents sceptiques ?