Farmers and predators : Les Alpes de la Sierra Nevada – Le parc du Mercantour

Angelo Gandolfi et Elisabeth Van Lersel, naturalistes respectés et photographes animaliers entreprennent un voyage à travers le Sud de la France, l’Espagne et le Portugal. Ils partent à la découverte des grands prédateurs, de leur impact sur l’environnement et des communautés humaines vivant dans les mêmes écosystèmes.

Premier arrêt : le parc national du Mercantour, dans les Alpes françaises, voici le premier extrait de leur journal de bord.

 

Les anciennes frontières et le parc national du Mercantour

Au col de Tende dans les Alpes, la sensation de traverser la frontière est nette mais ce ne fût pas toujours le cas.

Mercantour, le village de Lantosque dans la vallée de Vésubie

Lorsque la région de Nice fût annexée à la France en 1860, le comte de Cavour, homme d’Etat Italien et figure de l’unification italienne, s’assura que la vallée de la Roya – une vallée de 59km bordant l’Italie et la France – reste italienne.

Les Italiens perdirent cette région durant la Seconde Guerre Mondiale et la frontière fut déplacée vers l’est de la crête du mont Bego (la partie la plus méridionale du parc national du Mercantour tel qu’il est aujourd’hui) au Mont Peïrevieille.

 

Mercantour, Saint-Etienne-de-Tinée

Malgré les changements de frontière rien n’avait vraiment changé pour de nombreux habitants car la principale activité économique de la région, l’élevage ovin, n’a pas de frontière. En été, les troupeaux venaient de Provence, les pâturages étaient partagés… Aujourd’hui encore les éleveurs italiens font paître leurs animaux dans les prairies françaises.

 

 

 

On élève aussi des lamas dans le Mercantour (voir le chien qui promène le lama avec la laisse)

 

Le loup, la bête féroce

Les Alpes Maritimes ont toujours représenté l’une des frontières les plus perméables des Alpes, et les migrants « illégaux » le savent bien. Parmi ceux qui arrivent furtivement vers la fin des années 1980, il y avait un migrant à quatre pattes, le loup.

Farmers and Predators Alpi Sierra Nevada Lupo

Le loup est souvent décrit comme la bête féroce qui dévore les petites filles

 

Dans les années 1970, le nombre de loups en Italie était très bas, avec seulement une centaine de spécimens vivant entre la Calabre et les Abruzzes. Puis, en 1971, le prédateur apex a été déclaré espèce protégée ; leur nombre s’est alors rétabli et leur aire de répartition s’est étendue vers le nord à travers les Apennins : le Latium, la Toscane et la Ligurie.

La première observation du loup en France remonte à 1992. Le magazine français Terre Sauvage annonçait : “Enfin quelque chose de bien venu d’Italie”!

Mais tout le monde ne pensait pas la même chose que le magazine Terre Sauvage… Il n’y avait pas eu de loups en France depuis si longtemps que même l’élevage de moutons avait changé ; souvent considéré comme un deuxième emploi ou un hobby : des centaines de moutons étaient laissés sans surveillance dans les pâturages … un vrai régal pour les loups !

 

Farmers and Predators Alpi Sierra Nevada Lupo

Moutons broutant dans le sud de la vallée de la Roya, Mercantour

 

Malgré des représailles inévitables (où les têtes des loups tués été mises en avant comme un avertissement aux autres de rester à l’écart) notre prédateur a réussi à s’installer définitivement ; leur proie ?  Des moutons, mais aussi des chamois, des bouquetins, des mouflons et des sangliers qui sévissaient dans le parc national.

 

Farmers and Predators Alpi Sierra Nevada Lupo

Un loup se dresse au-dessus de la proie (un lièvre)

Du fait de son statut d’espèce protégée dans l’Union européenne, les autorités françaises ont dû accepter la situation et se sont équipées, recommandant ainsi aux fermiers d’utiliser des chiens de garde, des clôtures, etc. pour protéger leurs troupeaux … tout ce que les bergers de Calabre et des Abruzzes savaient déjà faire.

En outre, le gouvernement français a accepté d’indemniser les éleveurs pour la perte de troupeaux due à la prédation, comme le faisait déjà d’autres pays où l’espèce était protégée.

 

Alpha, Parc des Loup

Farmers and Predators Alpi Sierra Nevada Lupo

Nous avons voyagé à travers la vallée de la Roya, du Col de Tendes, dans le froid et la neige de ce mois mai, jusqu’à Sospel, près de l’Italie, puis nous avons continué notre voyage vers le nord à St Martin dans la vallée de Vésubie. Là, au Boréon, nous étions sûrs de voir des loups en nous rendant au cœur de l’Alpha, Le Parc des Loup, un parc animalier local où les loups errent librement et où le paysage est absolument spectaculaire, entouré de très grandes clôtures. Le parc Alpha a également une fonction éducative importante assez similaire à ce qui est fait au sein du parc Civitella Alfedena.

Dans le parc, la population s’est stabilisée à environ 40 loups, alors qu’il y en a actuellement 360 dans le reste de la France. Cependant, chaque année, la législation nationale autorise un abattage sélectif. Pour 2018, ce chiffre devrait être compris entre 10 et 12% de la population. En utilisant cette méthode de gestion des prédateurs, les autorités françaises estiment que d’ici 2023, le nombre de loups devrait s’élever à environ 500 animaux. Nous verrons…

 

Farmers and Predators Alpi Sierra Nevada Lupo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant ce temps, le loup italien a été repéré à la périphérie de Paris, et même en Belgique. Mais l’expansion du loup se fait principalement vers le sud-ouest de la France et au nord des Alpes dans une moindre mesure.

 

Dans le prochain épisode de notre journal, nous étudierons la situation du loup (et de l’ours) dans les Pyrénées.