Les chats sont-ils opportunistes ?

L’opportuniste est par définition “celui qui tire le meilleur parti des situations ou des circonstances même si cela est contraire à ses principes moraux”. Dans le reigne animal, cette réputation revient au chat qui a toujours été opposé au chien, l’ami fidèle de l’homme. Mais le félin est-il vraiment un opportuniste sans espoir ? Dr. Maria Grazia Calore, vétérinaire et experte en comportement animal, nous éclaire.

Pourquoi les chats sont-ils considérés comme opportunistes ?

Une comparaison forcée avec le chien a contribué à l’image d’opportuniste du chat, connu pour ces traits de caractère :

  • Il est difficile à dresser
  • Il est plus indépendant et moins lié à un groupe social
  • Il n’est pas toujours prêt ou sensible au contact avec l’homme
  • Il a tendance à s’isoler plus souvent

Une explication éthologique : l’éducation de la maman chat

Cela peut s’expliquer par la nature de prédateur du chat et le fait d’appartenir à une espèce relationnelle mais l’éducation a aussi son importance.

En fait, la mère chat typique n’est pas inflexible : elle n’intervient pas si les chatons ont des comportements agressifs comme le sifflement ou quand ils jouent mimant un combat au moment du repas. Au lieu de cela, la chatte stimule l’exploration du territoire par les chatons pour les habituer à chasser, en leur apportant des proies mortes ou vivantes. Grâce à cet “entraînement”, les chatons sont prêts à être indépendants et à vivre seuls.

Chat et homme : un avantage mutuel !

On ne peut pas nier le fait que le chat a approché l’homme car il était attiré par les “restes de nourriture” près des villages. Mais en même temps, le félin était important pour l’homme car il chassait les souris et les serpents qui portaient préjudices à la récolte.

Désormais, les termes de cet accord mutuel sont différents : l’homme a un ami discret moins contraignant que le chien – le chat peut rester seul sans anxiété, il n’a pas besoin d’être promené ou socialisé avec d’autres chats – et le félin a toujours de la nourriture et un endroit calme où se détendre.

Donc, les chats sont-ils opportunistes ? Apparemment non : à la différence d’autres espèces, l’espèce humaine inclue, ils ne renoncent pas à leur dignité ou caractère pour tirer parti d’une situation. Par exemple, si un chat reste dans un contexte social stressant, il ne changera pas sa nature solitaire pour avoir de la nourriture. Il partira sans doute pour trouver une meilleure situation. Effectivement, si nous le pouvions, n’en ferions-nous pas autant ?