La vraie nature du chat se trouve dans son ADN

Souvent d’humeur à se faire gâter, attentif à la nourriture et parfois sur la défensive, le chat domestique est considéré comme l’animal parfait avec qui partager son intérieur. Cependant, le plus inoffensif des félins, bien que vivant depuis des milliers d’années avec l’Homme, continue d’avoir cette ressource si spéciale: l’instinct sauvage. L’aspect important de l’évolution du chat, de sa vie sauvage à sa domestication, est souligné par l’étude sur son ADN faite à l’Ecole de Médecine de l’Université de Washington à St. Louis il y a quelques mois.

L’influence de l’Homme sur l’évolution du chat

Pour comprendre comment et combien la proximité de l’Homme a affecté la nature du chat, il a été nécessaire de faire une comparaison entre les génomes de sept races de chats domestiques et deux de chats sauvages. Dans cette comparaison, les différentes parties de l’ADN sont celles responsables des caractéristiques comportementales liées à la crainte, à la capacité de répondre aux agitations et la capacité de mesurer l’agressivité: l’instinct sauvage.

Selon la reconstruction du généticien Wesley Warren, directeur de recherches dont les résultats ont été publiés dans Proceedings of the National Academy of Science, ces caractéristiques du Felis Silvestris ont subi ce changement sur une période de 9000 ans de vie commune avec l’Homme. En fait, il a obtenu la confiance du chat et son aide, comme pour l’élimination des souris par exemple, en échange de nourriture et de soins. Cette sorte de compromis entre les deux sujets serait du ressort de l’évolution de la monnaie d’échange de ces créatures fascinantes.

La persistence de la vie sauvage

Pourtant, malgré la modification génétique influencée par la domestication par l’Homme, un chat reste un chat avec ses particularités sauvages, assez pour être considéré comme presque semi-domestiqué selon les déclarations du professeur Warren: “Nous croyons que nous avons créé les premières preuves que nos chats domestiques tiennent encore du chat sauvage”. Attention donc aux mouvements de nos chats: bien qu’inerte, il reste toujours en eux une part de nature aussi mystérieuse que sauvage.