La relation homme-chien est spéciale ? Le rôle de l’ocytocine

Chaque personne qui partage une partie de sa vie avec un chien peut être convaincue de la relation unique fondée sur la loyauté inconditionnelle. Déjà, comme la communication entre l’homme et le chat, il existe aussi une alchimie mystérieuse entre le chien et son maître pouvant être expliquée par une théorie scientifique. Selon les résultats d’une étude faite par l’Université Azabu au Japon, les contacts entre le quadrupède et le maître augmenteraient le niveau d’hormones entre eux.

L’ocytocine, l’hormone de sociabilité entre les espèces

Les gestes d’affection et les regards plein de sens sont des évènements régulés par l’hormone humaine appelée ocytocine. Officieusement appelée “l’hormone de l’amour”, elle aurait le mérite d’encourager la sociabilité entre les êtres de la même espèce et bien plus encore, assurant tant un sentiment personnel de satisfaction immédiate que l’instinct maternel permettant la survie de l’espèce. Connaissant cette fonction cruciale, les chercheurs de l’équipe japonaise menée par Miho Nagasawa se sont concentrés sur la relation entre les humains et les chiens pour comprendre en détails combien cela pouvait les affecter.

L’expérience : chiens et hommes en comparaison

Dans un premier temps, l’étude a collecté des échantillons d’urine des 21 paires homme-chien examinés avant/après leurs interactions et a analysé de leurs regards aux caresses en passant par les câlins. Il y a eu une augmentation du niveau d’ocytocine chez le chien et son maître après l’interaction avec le même pourcentage pour chaque couple. Cependant, les interactions principalement basées sur le regard ont montré une hausse significative d’hormones d’un point de vue statistiques.
En revanche, la seconde phase a fourni des échantillons d’urine avant/après interaction avec une différence : l’administration d’ocytocine ou autres substances inertes absorbées nasalement après le contact avec le maître. Par la suite, le chien avait accès à une pièce occupée par deux étrangers et le maître précédemment avertis de n’avoir qu’un contact limité au regard avec leur animal. Sur ce point, les femelles en particulier ont montré une meilleure attention visuelle à leur propriétaire confirmant des prédispositions naturelles à l’instinct maternel. Les mâles, par contre, ont augmenté leur attention sur les étrangers plutôt que leur maître suite à l’administration d’ocytocine.
Ces découvertes ont une fois de plus éclairé une explication évolutionnaire nous permettant de comprendre certains comportements. En fait, des expérimentations conduites sur des loups élevés par des humains n’ont pas révelé de tels résultats après des interactions. De plus, la longue coexistence entre l’homme et le chien peut avoir créé une différence en termes d’ocytocine, raccourcissant la distance de la relation créée par l’animal et son maître et le lien établi entre la mère et son enfant.