Diesel, le chien-policier devenu emblème de l’héroïsme canin

Diesel, le chien du RAID (Recherche, Assistance, Intervention, Dissuasion), tué par un terroriste durant l’assaut de Saint-Denis le 18 novembre 2015, n’as pas seulement le mérite d’avoir sauver la vie de ses collègues humains. Héroïne pour la volonté humaine, pour avec dévouement et dignité, Diesel a reçu un véritable hommage sur les réseaux sociaux, engendrant des hashtags viraux comme #JeSuisChien ou #dieselthedog. Et en effet, “Je Suis Chien” parle de lui-même : simplicité, loyauté inconditionnelle et esprit surprenant typique des chiens.

Diesel, chien-policier, et la douleur sociale

Quelques jours après les attaques terroristes revendiquées par Daesh, Paris s’est une fois de plus réveillée dans la peur en apprenant que le RAID avait lancé un nouvel assaut à Saint-Denis. Dans un appartement situé rue de Corbillon, trois terroristes sont morts et 8 personnes ont été mises en garde à vue après un assaut difficile. Entre eux, il y avait Diesel, une chienne Malinois figurant parmi les cinq chiens d’assaut du RAID. La chienne de 7 ans a été envoyée pour faire une reconnaissance des lieux du repère de la terreur où elle a perdu la vie pour aider à stopper ceux qui aurait probablement continuer à répandre la mort. La Police Nationale a révélé ce détail important sur Facebook et Twitter en rappelant l’importance cruciale de ces chiens d’élite pour le RAID.

La douleur sur les réseaux sociaux a été presque unanime et l’information est immédiatement devenue virale bien au-délà des frontières françaises. Remerciements, sincères salutations et condamnations formelles du terrorisme ont littéralement évanoui numériquement les critiques des sceptiques en rappelant que “même” un chien figurait parmi les victimes du terrorisme et l’opinion de ceux qui, par contraste, évaluaient trop cruel le choix d’utiliser Diesel dans une mission si dangereux.

Chien-policier : de l’entraînement à la retraite

Bien sûr, l’histoire de cette héroïne a été à attirer l’attention sur le rôle des chiens-policiers, précieux partenaire de l’homme tout comme le chien d’avalanche ou le chien de garde. Choisis parmi différentes races – berger allemand, malinois, rottweiler, berger hollandais, doberman, Saint-Hubert, labrador, beagle – et spécialisés pour différentes opérations – détection d’explosifs, prévention, protection, ordre public et police judiciaire, anti-drogue, recherche et assistance publique – les chiens-policiers sont sujets à des entraînements complexes basés sur le jeu et la nourriture à travers “l’exploitation conditionnement” qui est la réaction du chien à un stimulus en vue d’une récompense.

La relation avec son instructeur esr très importante : il est un point de référence pour le chien qui, après l’entraînement et un certain nombre d’années de travail, est à la retraite tout comme un travailleurs lambda. Sa vie est alors uniquement dédiée à sa relation avec son maître comme n’importe quel chien : l’heureux propriétaire peut être l’instructeur ou une personne normal, comme le veut par exemple la Police Italienne, qui promeut l’adoption des chiens-policiers.