COMPRENDRE LES INGRÉDIENTS, L’ETIQUETTAGE ET LES RÈGLEMENTS DES ALIMENTS POUR ANIMAUX

Les mots devraient avoir le pouvoir d’informer et de faire avancer, non de laisser les gens dans la confusion. 

Pour cette raison, nous aimerions vous exposer les faits en toute transparence, afin que, lors de vos actes d’achat de nourriture pour animaux de compagnie, vous puissiez être totalement informés.

 

A) COMMENT LES INGRÉDIENTS SONT-ILS CLASSÉS?

Règlement (CE) N° 1069/2009, art.10 – paragraphe a) : identifie les parties des animaux abattus étant à l’origine propres à la consommation humaine et que Almo Nature dénomme HFC.

Règlement (CE) N° 1069/2009, art.10 – paragraphe b), i, et suivants : établit une échelle qualitative des parties animales considérées comme impropres à la consommation humaine et qu’Almo Nature dénomme PFC.

 

B) COMMENT DOIT ÊTRE REALISÉ L’ÉTIQUETAGE DES CROQUETTES POUR CHIENS ET CHATS CONFORMÉMENT A LA LOI?

Composition: définit, par ordre décroissant, tous les ingrédients de la recette, la viande, le riz, les légumes, etc. Les ingrédients peuvent être classés en plusieurs catégories ou sous une seule catégorie.

Constituants analytiques : cette liste présente l’analyse nutritionnelle du produit fini, définissant la quantité de protéines, de fibres, de graisses, etc. – la liste des constituants analytiques n’est qu’un indice de quantité et non de qualité !

 

C) COMMENT LA LISTE DES ingredients PEUT-ELLE ÊTRE formulÊe dans le respect de LA RÈGLEMENTATION?

Il existe deux façons de formuler la liste des ingrédients:

  • Par ingrédient unique

Énumération de chaque ingrédient, comme le poulet, le riz, les pommes de terre …

  • Par catégories

Utilisation d’une catégorie pour tous les ingrédients de viande, une catégorie pour toutes les céréales, etc. Ce type d’étiquetage doit se baser sur les définitions de la directive 82/475.

Par exemple, la catégorie de viande est appelée « viande et sous-produits animaux », car elle contient différents types de viandes et des parties non charnues comme le foie, le cœur…

Le terme « sous-produits » ne renvoie donc pas à la notion de déchet puisqu’il s’agit d’une définition législative.

Plus important encore, lors de la lecture de la COMPOSITION, il faut prendre en considération l’état physique des ingrédients. Par exemple, est ce que la viande utilisée est de la Viande Fraîche, Déshydratés ou de la Farine de Viande ?

 

 D) POURQUOI JUGER LA QUALITÉ D’UNE RECETTE PAR LA PROPORTION DE GLUCIDES EST incohÉrent.

Aujourd’hui, on a tendance à évaluer la qualité d’une croquette (aliment sec) en se basant sur la supposition que la proportion de glucides est le facteur déterminant. Ce n’est pas forcément le cas.

La formule qui semble être employée ces jours-ci est la suivante :

100% – (Constituants analytiques à savoir %protéines + %fibres + %matières grasses + %cendres + %humidité) = Glucides

En partant de cette formule, il est facile de comprendre que le pourcentage de glucides d’un produit est non seulement directement lié au pourcentage de protéines mais également à quatre autres facteurs variables – l’humidité, les fibres, les matières grasses et  les cendres.

Mais ce que les gens ne réalisent pas, c’est que le pourcentage de glucides peut être abaissé (manipulé) en ajoutant plus d’eau, de matières grasses, de protéines, etc. parfois au-delà de la limite recommandée / besoins réels de l’animal. Dans ce cas, un pourcentage plus faible de glucides n’est pas un indice fiable de bonne qualité.

Il est également important de réaliser que connaître le pourcentage d’un constituant ne vous dit pas sa quantité réelle dans le produit. Il vous indique simplement la proportion par rapport aux autres constituants.

Comme vous pouvez le voir, évaluer la qualité d’un produit en calculant simplement la proportion de glucides n’est pas une mesure précise. Ce qui devrait toujours être pris en considération est la qualité des ingrédients, la viande ou le poisson utilisé est-il classé comme HFC ou PFC, s’agit-il de viande fraîche, de viande déshydratée ou de farine de viande?

 

La qualité devrait toujours être le premier facteur d’évaluation d’un produit. Le calcul des caractéristiques nutritionnelles peut être envisagé ultérieurement, après vérification de la biodisponibilité des ingrédients.