Chasser avec le loup a-t-il accéléré l’évolution de l’Homme ?

La relation entre l’homme et le chien est une longue histoire de collaboration, d’affection et d’habitudes. Aujourd’hui, cependant, cet ancien binôme a probablement affecté l’évolution de l’Homme. L’anthropologue Pat Shipman, professeur retraité de l’Universté de l’Etat de Pennsylvanie et auteur de “Les envahisseurs : comment les hommes et leurs chiens ont amené les Néandertals à l’exctinction”, évoque cette possibilité. Dans son livre, le professeur argumente : la chasse avec les loups auraient favorisé l’extinction de l’Homme de Néandertal et l’affirmation de l’Homo Sapiens.

Chasser avec les loups et l’inévitable extinction de l’Homme de Néandertal

L’explication la plus populaire sur l’extinction de l’Homme de Néandertal il y a 35 000 ans est le changement climatique, mais le professeur Shipman n’est pas vraiment convaincu par cette théorie suite à une contradiction illustrée dans une récente interview avec National Geographic : “Nous nous demandons toujours pourquoi seulement une espèce a survécu et pas l’autre. Au départ, elles sont similaires : elles produisent des outils, ce sont des êtres sociaux et des chasseurs compétents. La question est aussi intéressante car le groupe qui s’est éteint avait une très bonne connaissance des territoires, de la faune et de la flore pour chasser sur une plus longue période”.
La clé pour se sortir de cette incertitude se trouverait justement dans la chasse avec des animaux similaires aux loups et aux chiens. Grâce à eux, l’homme moderne comblerait ses défauts physiques en créant une parfaite harmonie avec ce quadrupède : “Ces animaux n’étaient ni des chiens ni des loups, ni modernes ni antiques. C’était un groupe distinct […] par leur anatomie, qui pouvait aisément suivre l’odeur laissée par une proie. Ils avaient un corps adapté à la course. Les humains, en revanche, n’étaient pas très rapides et n’avaient pas un excellent sens de l’odorat. Ce qui nous a beaucoup aidé pour la chasse furent des armes, comme les arc et les flèches. Mais à quel moment est apparue cette chasse en tandem ?
Le professeur Shipman en a une idée très claire : “Le chien-loup suivait les traces de la proie, courrait après et la piégeait. A ce moment-là, les chasseurs intervenaient en tuant la proie à distance. Le chien-loup ne risquait donc pas de mourir pendant les chasses de grosses proies comme les mammouths, et les hommes étaient ainsi capables de capturer plus d’animaux en moins de temps et moins de risques”.

Hommes, loups et chiens : une coexistence pacifique ancestrale qui démontre des clichés infondés

Une théorie fascinante qui ne diffère pas de l’idée à la base du court-métrage The Promise, produit par Almo Nature et réalisé par Gabriele Salvatores. Non seulement cette créature proche du loup était loin de menacer la sécurité de l’homme. Au contraire, lui aurait rendu service grâce à ses qualités exceptionnelles pour la chasse. Une raison supplémentaire de connaître cet animal et plus particulièrement pour sauvegarder son existence comme un héritage irremplaçable de la biodiversité.