Biodiversité : les abeilles sauvages risquent l’extinction

Quand nous parlons de la protection de la biodiversité, nous ne pouvons procéder ni par compartiments ni par hiérarchie : la faune et la flore étant une combinaison sine qua non que l’Homme a le devoir de protéger. Malheureusement, certains objectifs ne sont pas suivis par des faits, et aujourd’hui, nous devons faire face à une actualité alarmante : presque 10 abeilles sauvages sur 100 sont menacées d’extinction en Europe.

La sonnette d’alarme de l’IUCN et du STEP

L’urgence sur la problématique de la protection des abeilles sauvages a été mise en lumière auprès du public via une investigation de l’IUCN (Red List of the World Union for the Conservation of Nature) et le projet STEP (Statuts and Trends of European Pollunators), tous deux fondés par la Commission Européenne.
Le rapport résume l’enquête présentée selon différents aspects relatifs à 1965 espèces d’abeilles sauvages vivant en Europe : le statut, la distribution, la tendance de population et les menaces. Le résultat est loin d’être encourageant : 9,2% des abeilles sont menacées d’exctinction, tandis que 5,2% d’entre elles sont considérées comme menacées dans un futur proche.
Un autre détail qui ne peut être négligé : 56,7% des espèces classifiées sont indiquées comme étant en “données insuffisantes” dû au manque d’experts, d’informations et de financement rendant impossible l’acquisition d’informations supplémentaires. Dans la dernière zone inconnue, les abeilles à miel de l’Ouest ont été inclues car aujourd’hui, il est difficile de faire la distinction entre les abeilles “domestiquées” et les abeilles sauvages.

Abeilles, bourdons et pollinisation : facteurs de risque et solution possible

Les bourdons, les guêpes de la famille Apidae méritent une attention particulière car ils sont les principaux architectes de la pollinisation avec les abeilles à miel de l’Ouest. Cette délicate opération est une garantie de la maintenance de la biodiversité – les abeilles contribuent à environ 70% de la pollinisation de toutes les espèces de plantes vivant sur la planètes, fournissant environ 35% de la production alimentaire globale – et la qualité de vie de l’Homme comme des animaux. C’est pourquoi nous devons prendre conscience des différentes menaces envers ces espèces rien que par l’Homme.
Comme souligné par le STEP et l’IUCN, parmi les principales causes de la disparition des abeilles sauvages se trouvent le changement des pratiques agricoles : “par exemple, la production intensive d’ensilage – causant la diminution du foin – est à l’origine des pertes en prairies riches en herbacées et fleurs saisonnières, qui sont des sources importantes pour la pollinisation. De plus, l’utilisation répandue d’insecticides endommage les abeilles sauvages et les herbicides réduisent la disponibilité des fleurs sur lesquelles elles dépendent”.
A cela s’ajoute les changements climatiques, l’étalement urbain et les feux. Quel frein pourrait être utilisé face à une situation déjà défavorable ? Nous pouvons penser à un changement des tendances en agriculture et aujourd’hui, à une attention particulière envers les abeilles sur les zones protégées. Aussi, la prévention et la connaissance du problème doivent être renforcées par des outils qui permettront de mieux étudier ces animaux.