Berger de Maremme et Abruzzes, allié du troupeau et des bergers

Le chien de berger de Maremme et Abruzzes ne passe pas inaperçu par sa taille impressionnante et sa fourrure blanche. Mais sa beauté n’est pas sa caractéristique prédominante. Ce chien est populaire car il est réputé pour être un excellent chien de berger, et une source de revenus pour les fermiers à travers l’Italie, mais pas que.
Assurer la protection du bétail contre les attaques d’ours et de loups est la principale mission de cette race sur laquelle vous pouvez compter grâce à la couleur de son pelage se détachant de celle du troupeau, particulièrement la nuit, lorsqu’il y a des prédateurs. Indépendant et déterminé, le berger de Maremme a également une prédisposition naturelle à la vie en extérieur grâce à sa résistance innée aux maladies et aux conditions climatiques extrêmes.
Mia Canestrini, technicienne au Parc National de Tuscan-Emilian Apennine et du Centre du Loup Apennine, nous a guidé dans sa découverte de cette race italienne remarquable, qui est le personage principal de l’initiative “Love-Food”, organisé par Almo Nature et le Parc National pour aider les fermiers à prendre conscience de l’importance d’une coexistence pacifique avec le loup.

Le Berger de Maremme : le “sentinel” du troupeau

Bien que le chien de berger de Maremme n’ait besoin d’aucune formation, quelques importantes étapes sont à respecter pour en faire un excellent gardien. Comme le souligne Mia Canestrini, le premier âge est très important : “l’idéal est de permettre à la femelle de mettre bas dans l’étable, près du bétail. Ainsi, dès sa naissance, le chiot est en contact direct avec les animaux qu’il devra un jour protéger. A l’âge de deux mois, les chiots peuvent déjà être insérés dans le troupeau, qu’il soit celui de ses parents ou un nouveau groupe d’animaux.
A ce moment-là, il est important de travailler sur la confiance mutuelle entre le chien et le bétail : “initialement, il est conseillé de créer un espace dans l’étable où le chiot a un accès exclusif, où le contact avec le troupeau n’est pas forcé et où la nourriture et l’eau sont protégées. En quelques semaines, le chiot acquiert une taille qui le rend moins maladroit avec le troupeau et le temps passé avec celui-ci peut être plus élevé.
A six mois, ces chiens accomplissent leur rôle de gardien de troupeau comme des adultes, résultant d’un système de hiérarchie et de rôles à la base du groupe de chiens dans lequel il y a ceux qui surveillent le troupeau de l’intérieur et ceux qui assurent sa sécurité depuis l’extérieur.

Prendre soin du Berger de Maremme : le rôle de la nourriture

Il faut faire attention à la nutrition du berger de Maremme dès son premier mois car le chiot peut prendre plus d’un kilo par semaine, comme l’explique le Dr. Canestrini : “leurs besoins en calcium sont élevés pour aider au développement du squelette qui doit supporter le poids du chien adulte, être capable d’arpenter la montagne et, si necessaire, repousser les prédateurs. L’alternative viable à un mash équilibré – de la viande crue avec des vitamines ou fait avec du petit-lait et du pain séché à la façon pastorale – reste celui des aliments pour chiens, secs ou humides, spécialement dédiés aux chiens de grande taille et variant en fonction de l’âge et de la croissance du chien.